Tendances   Environnement  | 13.07

AUTEUR Sandra Zanelli /Egid | PHOTOS DR

L’apéritif peut être haut en couleur. Mode d’emploi

L’apéritif peut être haut en couleur. Mode d’emploi

Chez Blondin Frères, on ne mise pas que sur les tomates rouges.

Parole de Jérémy Blondin !

Dans la catégorie des tomates, les tendances de l’été 2012 mettent les toutes petites tailles à l’honneur. Mais encore ? Le défilé s’annonce haut en couleur. « Cette année la nouveauté consiste en un assortiment de petites tomates rondes et ovales de toutes les couleurs : rouge, jaune, orange et noire. Une sorte de mélange qui convient très bien pour l’apéritif », explique Jérémy Blondin, 26 ans et chef des cultures de l’exploitation maraîchère Blondin Frères, à Perly. Tomates cerises, cœur de pigeon, bonbon et olivettes : autant de noms pour désigner ces versions miniatures de Solanum lycopersicum, du nom latin de la tomate. Si l’aspect esthétique apporté par le mélange de couleurs ne laisse pas le consommateur indifférent, le côté gustatif de ces petites pommes d’amour vaut aussi le détour. Et pour cause : « D’une manière générale plus la tomate est petite, plus elle aura un goût sucré », poursuit le maraîcher.

« On peut faire de chaque bouchée une surprise »
Il faut savoir que les tomates aux couleurs insolites ne sont pas l’apanage des petits calibres. Des tomates de taille moyenne, jaunes, noires et roses sont en effet les nouvelles curiosités ces dernières années. Sur les étalages, elles côtoient les tomates rouges classiques, celles en grappe ou en vrac, qui restent à ce jour les plus demandées. « En général, le consommateur demeure très traditionnel dans ses choix, analyse le maraîcher. En terme de volume, les ventes de tomates jaunes et noires zébrées restent infimes par rapport aux rouges. C’est pourquoi la vente directe nous offre un excellent moyen de faire découvrir ces nouvelles variétés. » Nul doute que face aux dix-huit sortes de tomates déclinées en une trentaine de variétés produites à l’exploitation Blondin Frères, les recommandations d’un spécialiste ne seront pas de trop.
Un conseil de maraîcher ? « Ce qui est sympa, c’est de mélanger plusieurs couleurs de tomates dans une salade. Visuellement, c’est très joli, mais la texture est aussi importante. Certaines tomates vont être plus croquantes comme les noires, d’autres plus tendres comme les roses : chaque bouchée est une surprise ».

Un goût du Japon
Sans compter sur les vertus souvent surprenantes de certaines variétés. Peu de gens savent par exemple, que la tomate jaune est plutôt sucrée. Jérémy Blondin : « Du fait qu’elle contient moins d’acidité que les autres, la tomate jaune se digère plus facilement… » Quant à la rose, ou pink, venant tout droit du Japon, elle est doté d’un goût « umami ».C’est-à-dire ? Ni salé, ni amer, ni sucré, ni acide. Au pays du Soleil-Levant, le goût « umami » est considéré comme le cinquième goût, que l’on peut traduire simplement par « savoureux ». 

Un dernier conseil de couleur: la traditionnelle tomate cœur de bœuf, une ancienne variété remise au goût du jour, devrait se manger non pas rouge, mais encore orange-verte. Si le goût reste le même, la chair est nettement moins farineuse !

Sandra Zanelli à Perly


Encadré:


Une plante stresse

« La plante de tomate, c’est un peu comme un être humain : si on entre dans la serre et qu’on a froid, la plante aussi. Et s’il fait trop chaud, elle n’aura pas envie de travailler, elle va transpirer », lance Jérémy Blondin en pianotant sur son iPhone pendant qu’il passe en revue les plantes des serres. Car le maraîcher des temps modernes fait beaucoup de choses depuis son téléphone portable, lui même connecté à l’ordinateur. Température, aération, arrosage : tout est informatisé dans le but de créer l’environnement adéquat pour les plantes. « Sans les chouchouter », nuance le maraîcher. « De manière schématique, une plante qui ne ressent aucun stress va mettre toute l’énergie dans ses feuilles. A l’inverse, une plante qui se sent en danger à cause de la température inadéquate ou du manque d’eau, va vouloir assurer sa survie et faire des fruits. Mais chaque variété réagit différemment: c’est un processus très complexe. » SA.Z 

 

Exploitation maraîchère Blondin Frères
21, Chemin des Mattines 
1258 Perly Certoux 
Vente directe 




Article paru dans le supplément de la Tribune de Genève: La Tribune du Terroir

Statistiques et Crédits

Auteur | Sandra Zanelli /Egid
Mots | 749
Signes | 4'252
Photo | DR